Book Cover: Tainted source : undemocratic origins of the European idea
Parte di 1997 series:
Editions:Cartaceo: € 69,85 EUR
Size: 12,70 x 19,69 cm
Pages: 416
Digitale: € 3,99 EUR
Pages: 416

The book examines the intellectual origins of the European project, and finds similarities with fascist ideas, notably geopolitics, and Nazi economic policies. For example, German industrialists held a conference on a 'European economic community' in 1942. Laughland links Schuman, Monnet, Spaak and Delors to fascist organisations, but makes clear that he does not suggest that the European idea was inspired by fascist ideology. He finds further historical antecedents in the German customs union and subsequent unification of Germany in the 19th century, and as far back as the Holy Roman Empire.
Laughland opposes the European Union because it undermines the nation state, which he considers as the essential foundation for liberty and democracy. He argues that the EU subordinates democracy and national sovereignty to corporatist economic objectives. He is wary of the power of central banks, and advocates a return of the gold standard.
Laughland extends his criticism to international organisations like NATO, OSCE and the Council of Europe, which he chides for promoting antinationalism.

Book Cover: L'Europe unie, objectif majeur de la résistance
Parte di 1967 series:
Editions:Cartaceo (French)
Size: 13,00 x 21,00 cm
Pages: 84

Introduit par Spaak, Halin recense les groupes de résistance aux totalitarismes nazi et fasciste en Europe durant la seconde guerre mondiale, les publications de ces groupes ainsi que leurs idées majeures. Liés internationalement entre eux ou pas, ces groupes d'obédiences diverses selon les pays déduisent du conflit en cours (et des autres qui ont endeuillés l'Europe précédemment) qu'une Fédération des Etats, où chacun cède volontairement une partie de sa souveraineté nationale, est le seul avenir démocratique viable pour le Vieux Continent. Hitler s'étant en effet approprié une vision dévoyée de l'Europe basée sur la domination du plus fort et la terreur qui ne peuvent mener qu'à la guerre.

Cette Europe d'Union, qui n'entend pas se venger contre l'Allemagne, se construira obligatoirement en étroite collaboration avec les démocrates allemands.

L'auteur mentionne également le nom de quelques personnalités de résistants, qu'ils aient survécus au conflit et aux camps de déportés - et donc pris part à la mise en œuvre de l'Union d'après-guerre - ou pas.

Dans le respect de l'autonomie culturelle de chacun des pays, cette Union des peuples vise la création de ministères européens de l'économie, des Affaires étrangères ainsi que celle d'une armée européenne.

Di admin